Beauté , parfum, amour, allégresse.

C'est la délicate promesse d'une nouvelle émergence, d'un  souffle de vie rempli de pureté.

Équinoxe printemps 2019

 |   Mont Saint-Hilaire   |

Le 20 mars à 19h30, je propose une méditation guidée à tous ceux et celles qui désirent se joindre à cette belle énergie de transformation.

Je vous convie à cette méditation de transformation célébrant une autre période magique de l'année - le début du printemps. Célébration du renouveau, de promesse et d'allégresse.

 

Lieu : Centre Uni Santé à St-Hilaire, face à la montagne et au soleil couchant

Heure : De 19h30 à 22h, la ponctualité est de mise, la méditation débutera à 19h30

Date : 20 mars 2019

Inscription : Cliquez sur le lien ci-dessous pour vous inscrire

Coût: 40 $

L’équinoxe du printemps, la fraicheur d'un renouveau semé à même votre Être.

À ce point culminant de l’année, le jour et la nuit s’égalisent. Puis, les journées de lumière deviennent de plus en plus longues.

L'équinoxe du printemps est la fête sacrée qui marque la renaissance de la nature, votre nature et toutes ces forces vivantes qui la composent.

Au retour du printemps, votre Être émerge de l’hiver et s’est métamorphosé pendant cette longue période d’obscurité. Vous sortez grandis de l’hiver. Il est temps pour vous de semer vos idées, d’avancer sur votre chemin avec une confiance absolue.

Vous devez pour cela vous ouvrir à l’inspiration et être réceptif à ce qui vous guidera pour accomplir vos projets, votre élévation intérieure. Signe de l’épanouissement, il procure en chacun de vous une expérience de renouveau.

 

Caractérisé par l’éclosion des bourgeons, par la floraison, les semailles, le printemps favorise la prise de conscience de la nouvelle vie qui mène vers l’expansion, apportant avec elle les prémices des futures réalisations. C’est la fête de l’énergie radiante, de la victoire définitive de la lumière solaire sur les ténèbres de l’hiver. C’est le début d’une période lumineuse, symbolisée par la lumière du jour naissant à l’est.

 

Associé à l’élément "Air" et à l’archange Raphaël, il laisse place à l’intuition, à la fluidité, à la simplicité, au nouvel air que vous respirez.
Vous ne pouvez parler du printemps sans évoquer les oiseaux, qui viennent vous l’an
noncer joyeusement. Ils sont considérés comme étant les messag
ers des Dieux, apportant aux humains l’inspiration, le renouveau et le bonheur d’une promesse renaissante.

Le mot caractérisant cette période importante de l’année est RÉCEPTIVITÉ. Il est le moteur de votre réussite intérieure.

Être vigilant et persévérant, voilà les mots d’ordre afin que vous puissiez avancer sur le chemin de la réalisation. Que la sève de la réceptivité irrigue les graines de votre esprit nécessaires à la construction de votre temple intérieur.  

L’équinoxe devient alors un espace nécessaire à l’expression de votre force intérieure. S’autoriser à explorer ce lieu c’est se permettre de s’éveiller à soi.

Cette pause propose un moment de réflexion sur votre enrichissement intérieur. Les graines ainsi plantées à la terre du subconscient vous mènent vers une croissance consciente tout en acceptant chaque mouvement de la vie.​

Méditer à l’équinoxe du printemps permet au processus interne de votre épanouissement à émerger des profondeurs de l’hiver permettant à votre âme de mieux guider votre route.

 

Vivre l’équinoxe en conscience c’est un pas de plus vers l’épanouissement de votre Être.

Accompagnés des énergies de l'archange Raphaël, de l'élément "air" et de ses Êtres, ils sont incontournables, car avec vous et en vous ils se joignent afin d'amplifier, d'intégrer tous les bénéfices de cette méditation.


Renaissance, amour, allégresse, beauté et

amplification sont au rendez-vous.

Méditation guidée de plus de deux heures avec pause pour se dégourdir les jambes et le corps.

C'est avec joie et bonheur que je vous attends pour cette belle rencontre de lumière.

Bienvenue à tous.

"Pendant la saison froide, je me suis régénéré, transformé. Aujourd'hui, je dépose à la terre mes nouvelles semences"
France Morneau    

Un peu de faits

Origine du mot équinoxe et du printemps

 

Le terme « équinoxe » vient du latin aequinoctium, composé de aequus « égal » donc équi-  et nox, noctis « nuit », et désigne le moment où la durée du jour est égale à celle de la nuit.

Pour les habitants de l'hémisphère nord, cette date marque le début du printemps. Les jours continuent d'augmenter jusqu'au solstice d'été le 21 juin, date de la fin du printemps. En revanche, dans l'hémisphère sud, c'est le l'automne qui arrive.

 

Son nom, printemps, provient du latin « primus tempus » qui signifie « premier temps », soit la première saison de l’année. Au XIIIe siècle, le terme printemps avant une orthographe différente , il s’écrivait « printans », employant le suffixe « prin » qui désigne le début, le commencement.

Le printemps a remplacé l'ancien français primevere. Ce mot vient de la forme latine tardive « prima vera. 

En français, on a conservé ce mot pour désigner la fleur de primevoire, parce qu'elle fleurit au début du printemps. Elle porte aujourd'hui le nom de primevère. Ne peut on trouver plus beau symbole pour fêter le début du printemps ?

Le monde et traditions sous l’équinoxe du printemps

Pâques

Pâques est un mot d’origine hébraïque qui se dit en allemand Ostern et en anglais Easter.

À Pâques c’est l’œuf qui symbolise la renaissance de la nature, la fécondité, la vie qui s’apprête à éclore. Symboliquement, l’aube du jour et l’aube de la renaissance de la vie sont intimement liées à Ostara, comme le blanc et le jaune de l’œuf qui vont donner la vie.

Il est une vieille tradition qui nous vient des pays germaniques et slaves qui consiste à décorer des œufs, de les offrir ou de les cacher pour qu’ils soient trouvés. La symbolique en est très forte. En effet, trouver un œuf peint c’est trouvé une image de ce que nous sommes : une forme abstraite, une apparence. C’est l’apparence du monde, son décor, dont nous faisons partie. Derrière il y a une coquille. Il faut briser la coquille, aller au-delà de cette apparence. Et on trouve à l’intérieur de l’œuf la couleur blanche, la couleur des origines, du commencement, de la pureté. Puis le globe d’or, symbole du cœur primordial qui contient l’essence d’un peuple, d’une race, d’une civilisation. Le printemps, symbolisé par l’œuf nous renvoie au temps de l’Âge d’Or et de l’Âge d’Argent, les temps primordiaux qu’il s’agit de renouveler.

En Ukraine comme en Pologne, l’œuf de Pâques rituellement associé à la venue du printemps s’appelle le Pyssanka, “l’œuf écrit”, car, coloré ou peint. Il est en effet chargé de symboles : étoiles, soleils, roues solaires, cercles et spirales qui font partie d’un répertoire au même titre que la croix, le triangle ou la ligne. En Russie, c’est justement l’œuf de Pâques qui est à l’origine des célèbres œufs impériaux russes que l’on doit à l’imagination de Peter Carl Fabergé, orfèvre du Tsar.

Mais, dans tout cela, n’oublions pas de cacher des œufs décorés ou en chocolat dans le jardin ou la maison, la chasse à ces trésors ravira les enfants. Une tradition très française appréciée en son temps par Louis XIV qui faisait bénir solennellement le jour de Pâques de grandes corbeilles d’œufs dorés qu’il remettait en cérémonie à ses proches.

Allemands

Dans la tradition germanique, il semblerait que ce jour-là on faisait des offrandes au Dieu Tiwaz (Tius, Tiw, Ziu), moments rituels marqués par le sacrifice d’un cheval au grand Dieu céleste, Dieu qui célèbre la victoire cyclique des forces solaires sur l’obscurité hivernale des forces chtoniennes. Il semblerait également que certains rites fussent en l’honneur de Balder le Dieu de la lumière solaire. Les offrandes étaient constituées la plupart du temps de pain, de miel, et de diverses plantes.

Dans certaines régions germaniques comme l’Alsace, le Sud de l’Allemagne ou encore certaines parties de la Suisse, il était coutume de placer un disque en bois au bout d’un bâton, d’y mettre le feu, puis de le projeter vers le haut. Cette tradition se nomme le Scheibenschlagen. Cette image du disque enflammé montant vers les cieux est bien-sûr une figuration du soleil victorieux qui reprend le chemin du zénith.

Chez les anciens

Chez les Romains la fête des Liberalia célèbre le couple divin Liber-Libera, hymne à la fécondité et à la fertilité manifesté par la procession de grands phallus.

Dans la tradition slave, ces fonctions étaient l’attribut de la Déesse Liana.

Chez les Irano-Aryens on rendait culte à Aramati, la Mère des Aryens, Déesse dont on retrouve le profil chez Aditi (Indo-Aryens), Artume (Étrusques), Artémis/Diane (Grecs et Romains), et dans une certaine mesure chez la celtique Artio. La racine étymologique “ar” nous renvoie au symbole astrologique du moment: “aries”, le bélier. Cet animal se caractérise par sa combattivité et sa fougue, éléments qui correspondent bien au Dieu de la guerre qui marque ce mois de mars. Le soir venu, on allumait de grands feux sacrés sur les collines afin d’aider le soleil dans sa lutte cyclique pour qu’il revienne encore plus glorieux.

 

Au moment de Pâques nous retrouverons la tradition des grandes roues enflammées en train de dévaler les pentes des collines, celles-là mêmes qui marqueront la fécondation de la terre par le soleil. 

 

Catholiques

A l’avènement du christianisme la fête de Pâques — qui est la célébration de la résurrection du Christ (rappelons que la fête de Pâques a longtemps été la plus importante de la tradition chrétienne et qu’elle marquait le début de l’année, et cela jusqu’en 1563) — remplaça la fête d’Ostara ou fête du printemps, qui est la fête du renouveau, de la fécondité et de la fertilité dont les origines sont très anciennes. Cette fête porte le nom d’une déesse lunaire, Ostara, qu’un héros solaire aurait délivrée de la captivité au moment de l’équinoxe de printemps.

Les bouddhiste

Chez les bouddhistes, ce jour est également celui du retour de Bouddha depuis le Nirvana. 
Il est dit qu'en cette journée spéciale les effets de toutes nos actions (vertueuses ou/et non-vertueuses) sont multipliés par 100.000. 
C'est aussi l'occasion de la lecture de nombreux textes sacrés dans les monastères, afin de permettre la bonne renaissance des défunts. 

6-7325 Boul. Cousineau

St-Hubert, Qc, Canada, J3Y 8X1

info@francemorneau.com

  • White Facebook Icon
  • White LinkedIn Icon
  • White Pinterest Icon
  • White Instagram Icon

© 2019 par France Morneau.  Aucun animal n'a été maltraité. Sans gluten ni produits laitiers, sans noix et hypoalergène